Archives par mot-clé : alimentation

Test du premier solénoïde

Bonjour à tous ! Aujourd’hui est un grand jour, c’est le tout premier test des solénoïdes !

Voici ce que j’ai reçu : un solénoïde 12V /1,6A de chez AliExpress. Ceux d’autres marques étaient à plus de 20€, alors avant de m’engager, on va tester celui-ci. S’il n’est pas assez puissant, il va au moins m’aider à me faire une idée de ce dont j’ai besoin. Je vous avoue que j’ai un doute pour l’alimentation des flippers et des bumpers.

Un solénoïde 12V

Armé de mon alimentation PC 12V dûment “hackée“, je vais déjà tenter d’alimenter le solénoïde. Pour ça, je vais jeter un œil aux caractéristiques :

Ampérage de l’alimentation

Il y a 2 sorties +12V de 16 et 17A. A priori, la première dessert les prises molex et la seconde alimente le processeur sur une sortie à 4 connecteurs. Pour mémo, la sortie 12V est toujours la sortie jaune.

La sortie 12V de l’alimentation du processeur

Pour un test efficace et n’ayant pour l’instant que deux bras, j’imprime un petit boitier. Il s’agit tout bêtement de faire en sorte que le solénoïde ne recule pas lorsqu’il frappera la bille (et j’agrémente le tout de colle car il saute, le machin).

Pour rappel, j’utilise une bille de 17mm et le solénoïde mesure 30x16x14mm (hors plongeur).

Le montage final

Et voilà ce que ça donne quand on envoie le jus :

Ca fonctionne ! C’est bon, mais ce n’est pas très puissant : pas assez pour alimenter des flippers. Je vais donc réserver ces solénoïdes à de petites tâches (comme envoyer la bille sur le lance bille).

Je suis cependant très content, car sur le principe, ça marche !

Pour l’anecdote, j’ai provoqué un petit court-circuit (fallait bien). Sachez qu’une bonne alimentation PC vous fera la tronche pendant 10 minutes, mais qu’ensuite elle reviendra (probablement) à la vie.

Prochaine étape, le test d’un bon gros solénoïde des familles. Je vous tiens au jus. 🙂

Ajout du 10/03/2020 :
Pour monter un peu en gamme, j’ai acheté un solénoïde beaucoup plus puissant :

EsportsMJJ C. C 12V

Lui aussi fonctionne en 12V mais il a une intensité de 8A contre 1,6 pour le premier. Je l’ai commandé chez Amazon, ce qui me permettra de le recevoir dans la journée. Il existe également chez BangGood pour la moitié du prix mais avec 20 jours de transport.

Bref, je vais tester ça. En attendant, j’ai trouvé ce garçon qui l’a utilisé et je pense qu’il y a moyen de moyenner. 🙂

Alimenter le flipper

Je me suis longtemps demandé comment j’allais alimenter ce flipper car tout ce que je connais se limite vaguement à la petite électronique (je suis informaticien à la base). J’ai cependant trouvé ce qui pourrait être mon Graal : une alimentation de PC !

Pourquoi une alimentation de PC ?

Voici les tensions dont je vais avoir besoin :

  • des solénoïdes en 12V
  • un arduino en 5 ou 3.3V

Et une alimentation de PC produit miraculeusement tout ça :

Fiche technique d’une vieille alimentation (PSU) Antec de 430W.

Pour éviter que vous ne plissiez les yeux, je résume ce que l’alim m’offre :

  • du 5V / 20A
  • du 3.3V / 20A
  • du 12V / 17A

Ca a l’air nickel ! Il reste juste à espérer que je n’aurai pas à utiliser des solénoïdes de plus de 40V comme sur les vrais flippers après mes tests !

Comment utiliser cette alim ?

Il ne faut pas oublier que ces alimentations sont destinées à alimenter des cartes mères de PC. On a donc normalement quelque chose de stable (surtout avec une Antec) mais qui n’est pas destiné à fonctionner sans un PC autour. Pour démarrer le bousin, il suffit de court-circuiter le connecteur “PS_ON” avec une masse (sources : Power_supply_unit: Wiring diagrams et EragonTh)

Schéma des connecteurs d’une alimentation ATX.

Sur le principe, c’est assez simple : il suffit de coller un fil (trombone) entre les deux connecteurs. Je ne vous conseille pas d’essayer avec d’autres connecteurs. Je me sens également obligé de vous rappeler que manipuler l’électricité doit se faire prise débranchée. Cela va sans dire, mais ça va mieux en le disant.

Le trombone connecte le fil vert (POWER ON) à un fil noir (masse).

Une fois le montage fait, mon ventilateur d’alimentation démarre discrètement : c’est gagné.

Prochaine étape : trouver une solution un peu élégante pour éviter les cours jus et brancher des solénoïdes dessus.