Impression d’un flipper (acte 2)

Suite à l’échec de mon premier test, je persévère. J’ai décidé cette fois de mettre toutes le chances de mon côté.

  1. J’imprime la pièce fragile avec la technique dite du “pied de déshumidificateur
  2. J’imprime la pièce sur son flanc, ainsi le filament couvrira toute la longueur du cylindre au lieu de faire des cercles concentriques qui seraient autant de lignes de casse prédécoupées.
  3. J’imprime la pièce avec un remplissage de 80%

Normalement, on a déjà quelque chose de plus solide. Comme vous pouvez le voir sur les captures ci-dessous, j’avais prévu d’inclure une clé BTR pour solidifier le design, mais a priori, la nouvelle conception suffit. Il faudra voir dans le temps ce que ça donne.

La pièce qui avait cassé lors du premier essai résistera-t-elle ? Suspense insoutenable.
Et le flipper avec le “négatif” de la clé BTR

Passons au test :

Et c’est une victoire de Canard !

La puissance semble suffisante.

Les prochaines améliorations à apporter :

  • bien calculer les angles du flipper au repos et alimenté,
  • prévoir une buttée pour que le flipper soit limité en débattement,
  • prévoir un ressort ou un élastique pour le retour du flipper en position d’attente,
  • tester avec le passage par un Arduino pour calculer le temps de latence induit.
  • trouver un moyen de baisser le courant de 50% lorsque le flipper est levé pour ne pas cramer le solénoïde,
  • imprimer et ajouter un élastique TPU sur le flipper,

Et parce que ces tests n’ont pas été fructueux en une fois, j’ajoute une petite note sur l’impression : ne pas appliquer une trop grande différence de température entre la première couche et les suivantes. Le plastique pourrait se replier sur lui-même et tordre la pièce.

C’est cool, je progresse. ^^ A bientôt !

Laisser un commentaire