L’imprimante 3D entre en jeu

Quand j’ai commencé le projet “Flipper”, je me suis dit que je ferai moi-même les éléments de plateau plutôt que de les acheter. Ca tombait bien, car quand on fait un flip réduit aux 2/3 de la taille originale, on est bien obligé de tout réinventer.

Pour façonner le bois, j’ai donc acheté un Dremel sans marque (enfin si, ParkSide) et je me suis dit que ça allait me suffire. Ô naïveté…

J’ai donc testé la découpe du bois et… c’est compliqué d’avoir quelque chose de propre avec peu de matériel. Mon domaine, c’est l’informatique, redécouvrir les contraintes de la physique, c’est… perturbant.

Ah gravité, tu es une chienne sans coeur.

Donc, si je peux éviter de me ridiculiser en découpant mal du bois sur ce blog, c’est mieux. Mais qu’ai-je comme alternative ?

Jefflec m’avait impressionné avec son Anet A8, une imprimante 3D de moins de 150 balles propre et précise (pour peu que l’on maîtrise les arcanes de l’impression 3D). Alors, me dis-je, pourquoi ne pas faire d’une pierre deux coups en m’initiant à cet art tout en créant de jolis éléments de plateaux ? Et j’ai fini par craquer et vider ma tirelire…

Mon choix s’est porté sur la Creality Ender 3 Pro que l’on peut parfois trouver à 180€. C’est un très bon rapport qualité prix selon moi.

Creality Ender 3 Pro

Une fois reçue, l’engin est facile à monter et après quelques conseils et tutos, on la prend en main sans trop de difficultés. Je m’en suis servi pour imprimer des figurines, des pièces d’appareils, et bientôt mes éléments de plateau. Elle tiendra donc une place importante dans la conception du flipper.

Les upgrades

L’imprimante est à elle seule un sujet extrêmement vaste. Je vais donc me limiter à ce qui m’est utile dans la création des éléments de plateau, à commencer par les upgrades.

Les imprimantes 3D “pas chères” sont souvent personnalisables et je vous parlerai dans de prochains posts des améliorations qui devraient beaucoup m’aider. Un peu de teasing :

Octopi

Vous pouvez choisir de connecter votre imprimante à votre PC, mais si comme moi vous la laissez dans une pièce à part, il vous faudra transporter votre carte microSD du PC à la Ender. Pour y remédier et ajouter au passage une palanquée de fonctionnalités, vous pouvez recycler un RaspberryPi en serveur d’impression avec un OS adapté : il s’agit d’Octopi. Je ferai un sujet dédié à ce module.

La matériel pour un Octopi.

Carte mère silencieuse

Un défaut de la Ender-3 est le bruit de ses moteurs. J’ai donc acheté une nouvelle carte mère qui l’annule, tout simplement. Il restera juste le bruit des ventilateurs. Cette upgrade est rendue d’autant plus intéressante qu’elle embarque un bootloader qui devrait me permettre de mettre à jour l’OS via Octopi et ainsi d’installer un BL Touch (outil de nivellement). Notez qu’il est possible de mettre un bootloader sans passer par le changement de carte mère, mais au vue des améliorations globales, j’ai choisi l’option “remplacement”.

Carte mère silencieuse pour Ender 3 Pro

Boitier

Je vous parlerai également d’un boitier qui protégera l’imprimante, permettra de garder une température constante et évitera la propagation de fumées plus ou moins toxiques (ABS).

Voilà voilà. Vous aurez compris, maîtriser l’imprimante prendra une place non négligeable dans la réalisation du projet. Je publierai sur le sujet dés que j’aurais testé les upgrades.

A bientôt !

Laisser un commentaire